Parcours de visite de la Basilique d’Aquileia (Udine)

Les mosaïques du sol de la Basilique d’Aquileia sont parmi les mieux conservées de tout l’Occident et constituent l’un des modèles les plus intéressants de l’Occident chrétien. Datant du IVe siècle, sur une superficie d’environ 700 mètres carrés, elles représentent un patrimoine artistique d’une ampleur exceptionnelle et font parties des monuments protégés par l’UNESCO. La pression constante due au passage des visiteurs, environ 500 000 par an, a contraint la Société pour la conservation de la Basilique de préparer un projet de préservation et de protection, sans en limiter l’accueil du public. Il a été demandé à l’Arch. Ottavio di Blasi de laisser libre accès aux visiteurs, tout en remplaçant la vieille toiture en béton armé, de l’ancienne salle Teodoriana, désormais détériorée. Un nouveau système de parcours en verre a été prévu, suspendu à un mètre du sol décoré, à la hauteur de l’ancien pavement médiéval en pierre de la Basilique. L’intervention respecte la partie existante, construite de façon à pouvoir être supprimée à tout moment sans laisser aucune trace. Le parcours est divisé en deux parties et varie en fonction de la forme et des exigences techniques.

La première partie traverse la Basilique en longueur, en parcourant les colonnes de gauche et à droite ; la structure, en acier inoxydable, est ancrée directement à la base des colonnes, restée découverte après avoir retiré le pavement médiéval. Après l’entrée principale, les visiteurs peuvent admirer les mosaïques donnant sur les gardes corps d’un pont en verre, long de 16 mètres, suspendu au-dessus de la nef centrale. La deuxième partie se situe à l’intérieur d’une salle adjacente, de forme rectangulaire ; en effet, la structure du cadre est accrochée au plafond de la nouvelle dalle et le crochet est caché par les dalles du faux-plafond en pierre. Les plaques en verre trempé et stratifié de la structure, d’une épaisseur de 12 mm, reposent sur la structure en acier. Une dalle supplémentaire en verre trempé de 3 mm seulement, a été ajoutée au support de la stratigraphie, positionnée de façon à pouvoir être remplacée tous les deux ans. Le verre utilisé, de qualité extra clair, assure une bonne transparence et une résistance à la charge de 5 KN/m². Le cadre délicat en acier inoxydable résiste à sa propre charge et aux charges variables, alors que les renforts verticaux sont encore verre.

Maître d’ouvrage

Curia Arcivescovile di Gorizia

Date

1994 – 2001

Montant

€ 1.000.000

Projet

ODB – Architetti O. Di Blasi, P. Simonetti, D. Tortello